The Mortal Instrument La cîté des anges déchus, Cassandra Clare

cassandra clare la cîté des anges déchus.jpg

  • Nom VO : City of Fallen Angels
  • Cassandra Clare 
  • 509 pages, PKJ grand format
  • Tome 4 sur 6
  • Fantastique Jeunesse

l'histoire

La guerre est terminée. Clary rentre à New York pour s’entraîner à devenir Chasseur d’Ombres, mais des Chasseurs d’Ombres sont assassinés ce qui ravive les tensions envers les Créatures Obscures, …
Les deux camps se préparent à une nouvelle confrontation et se disputent Simon, un vampire aux nombreux pouvoirs. Ils ne reculeront devant rien, au risque pour Clary de perdre tous ceux qu’elle aime… y compris Jace.


ce que j'en dis

        J’ai beaucoup aimé le premier tome, que j’ai lu il y a quelques années, et globalement le reste de la série m’a plu. Me revoici donc pour le tome 4, La cîté des anges déchus. Je n’ai pas d’attentes spéciales pour ce roman, à part qu’il me replonge dans le monde fantastique de l’auteure.

      Clary n’a pas énormément changé dans ce tome 4. Par contre, je trouve certains passages la concernant risibles et insupportables. Je fais référence à tout les passages  clichés, empreins d’une tentative de l’auteure de se mettre dans la tête de son personnage adolescent. A vrai dire,  je trouve que Clary est un peu « vielle » pour certains clichés, mais bien trop jeunes pour avoir certaines réflexions. Par exemple, comment pouvez décider à 16 ans que vous passerez le restant de vos jours avec quelqu’un ? Elle se berne d’illusions et tout le monde a l’air de trouver ça normal. C’est beau, mais un peu trop facile à mon gout. Peut être tout simplement que je deviens trop âgée pour ce genre de lecture, je n’en sais rien. Quoiqu’il en soit, c’est particulièrement décevant. Même chose pour Jace, l’auteur reste dans le style déjà vu et revu du beau garçon amoureux, toujours un peu « C’est de ma faute pas de la tienne ». C’est un aspect des personnages qui m’avait déjà dérangé dans les tomes précédents, je ne suis donc pas étonnée de voir que tout ce petit monde évolue toujours dans le même registre. Néanmoins je note les  touches d’humour de Jace, véritables pauses dans l’histoire, des petits moments de détente :

 » [Jace et Clary ]

– Plus sexy que moi?
– Ça existe. Enfin en théorie.
– En théorie, l’univers pourrait brusquement s’ouvrir en deux, me laisser d’un côté et toi de l’autre, nous séparer à jamais, mais je ne m’inquiète pas pour ça non plus. Certaines choses, poursuivit Jace avec son éternel sourire en coin, sont trop improbables pour qu’on s’en préoccupe. »

the_mortal_instruments_bg_facebook_by_vingadora-d6d52b5

Si je n’aime pas le couple Jace/Clary, j’apprécie beaucoup plus Alec et Magnus, même si ils représentent eux aussi un énorme cliché. Ils sont touchants, mais ce qui m’attire le plus chez eux c’est l’imperfection de cette association. 

– Tu es sorti avec une femme? Une femme vampire? reprit Alec.
– C’était il y a cent trente ans, protesta Magnus. Je ne l’ai pas revu depuis.
– Pourquoi tu ne m’en as pas parlé?
Magnus soupira.
– Alexander, je vis depuis des siècles. J’ai connu des hommes et des femmes, des fées, des sorciers et des vampires, voire un djinn ou deux. (Il regarda du coin de l’œil Maryse, qui semblait tut bonnement horrifiée.) Ça fait trop de révélations d’un coup?

Magnus est éternel, Alec ne l’est pas. Je suis certaine que cela conduira Alec à faire de grosses bêtises dans les tomes suivants, et de même je pense que l’auteur ne laissera pas leur histoire se faner avec le temps. Alec deviendra immortel ou Magnus mortel : tel son mes pronostiques. A confirmer dans les tomes suivants ! Quant à Simon, est bien tout se complique singulièrement pour sa vie amoureuse. Il se retrouve au début du livre avec deux copines et ne sait comment prévenir l’une qui sort avec l’autre. Cela ne m’enchante pas vraiment, puisque cela me rappelle une saga de vampires que j’avais détestés pour cette même raison : La maison de la nuit.

Rune_angélique.png

La Rune des chasseurs d’Ombres

Je ne sais pas si vous connaissez, mais l’héroïne finit par sortir avec au moins trois ou quatre garçons de manière quasiment simultanée. J’avais  vraiment peur que Simon en arrive à cette extrémité, mais l’auteure s’est rattrapée à temps. Cependant, je trouve peu réaliste, connaissant le caractère de celle qui restera avec Simon (que je ne révélerais pas pour ne pas vous spoiler) qu’elle puisse encore le regarder dans les yeux sans le tuer sur place, ou pire. Surtout, le fait qu’elle lui tombe dans les bras à la fin du livre ne correspond pas du tout à l’image que j’avais d’elle au début de la saga. A-t-elle vraiment changé (est-elle devenue stupide à ce point ? ) ou cette fin résulte-t-elle d’une facilité de scénario ? A voir, mais je penche plutôt pour la deuxième solution, surtout qu’en parallèle l’autre copine  de Simon trouve aussi l’amour, ou le retrouve. Tout est bien qui finit bien pour eux, un peu trop bien d’ailleurs.

          L’intrigue est complexe, mais encore une fois le combat est gagné trop facilement par nos héros. Soit l’auteur exagère sur les capacités des « méchants », soit Clary Jace et Simon sont les êtres les plus forts du monde surnaturels. A force d’être supérieur à tout le monde, ils perdent leur crédibilité. Le scénario est par moment énervant.

tmi.jpg

L’affiche du premier film, qui n’a pas rencontré un grand succès.

Exemple :un personnage seul surveille une croix en sang entourant le cadavre ou presque cadavre d’un humain- démon supérieur, alors que la mère de tous les démons vient d’être tuée par nos héros. Je ne sais pas ce qui se passe dans la tête de tous ces gens pour laisser un personnage sans surveillance dans ce genre d’endroit ! Ils connaissent le monde dans lequel ils vivent mieux que moi, ils devraient se douter que quelque chose de louche risque d’arriver (et bien sûr quelque chose de louche arrive, pas la peine de le préciser). Le scénario de La cité des anges déchus est parsemé de ces histoires bateau.  Encore une fois, affaire à suivre dans le tome suivant. Cependant, il serait malhonnête de ma part de nier  mon attirance pour l’univers de l’auteur. Malgré les points énervants et les facilités dans lesquelles l’auteure plonge tête baissée, The Mortal Instrument est fais d’un monde séduisant et captivant dans lequel  j’ai hâte de suivre les aventures de Jace et Clary. Fait étrangement paradoxal, je ne les supporte pas mais j’aime le livre dont ils proviennent !

 Un livre divertissant mais rempli d’imperfections. Néanmoins l’univers n’en perd pas son charme !

note 13/20

Golden

Chronique positive : Golden Ticket